Version PDF

Congrès

25 juin 2021

L’intelligence artificielle embarquée dans la pompe : premiers retours d’expérience et bénéfices dans le diabète de type 1

Catherine FERRAT

Congrès SFD
L’insulinothérapie automatisée en boucle fermée hybride représente une vraie révolution thérapeutique pour les patients diabétiques de type 1 (DT1) adultes et pédiatriques. Les premiers retours d’expérience du système MiniMedTM 780G, dernière génération de boucle fermée hybride de Medtronic et l’un des deux systèmes attendus en France pour 2021, ont montré des résultats très favorables sur différents profils patients(1,2).

Parmi les multiples applications de l’intelligence artificielle en diabétologie, les outils d’auto-soins et en particulier le pancréas artificiel sont les mieux connus. Il existe de nombreuses preuves de l’efficacité des systèmes de boucle fermée hybrides. D’après une métaanalyse de 40 études(3) réalisées sur un total de 1 027 patients, ils permettent une amélioration significative des objectifs chez les patients DT1 adultes : en moyenne +2 h 20 min/jour de temps dans la cible (TIR : Time in range : 70- 180 mg/dl), -2 h /jour en hyperglycémie et -20 min/jour en hypoglycémie. L’étude randomisée contrôlée FLAIR(1) comparant le système MiniMedTM 670G (automatisation de l’injection d’insuline basale) et le système MiniMedTM 780G (automatisation de l’injection de l’insuline basale et des bolus de correction) a été réalisée sur 113 patients DT1 adolescents et jeunes adultes, dont certains précédemment sous multi-injections. Elle a montré que le système MiniMedTM 780G apporte un bénéfice supplémentaire par rapport au système MiniMedTM 670G en termes de réduction du temps passé en hypoglycémie et en hyperglycémie, d’amélioration du TIR et de diminution de l’HbA1c. Il est également plus simple que le système MiniMedTM 670G, avec un temps passé en auto-mode plus important (86 % vs 75 % ; p < 0,0001) et beaucoup moins de sorties de ce mode (1,7 par semaine vs 5,7). L’étude pivot(2) sur le système MiniMedTM 780G, menée sur 157 patients adultes DT1, a montré qu’on obtient de meilleurs résultats avec des réglages optimaux (cible glycémique 100 mg/dl et temps d’insuline active de 2-3 h). Selon l’expérience de certains centres en France avec le système MiniMedTM 780G*, une augmentation très nette du nombre de patients aux objectifs (TIR > 70 % et temps en hypoglycémie < 4 %) serait observée après seulement quelques semaines d’utilisation du dispositif. Son efficacité et sa tolérance au long cours restent à déterminer. Mise en place d’une boucle fermée hybride dans un service Les systèmes automatisés d’administration de l’insuline disponibles aujourd’hui sont des sys- tèmes en boucle fermée hybride nécessitant encore l’intervention du patient. La mise en place de ce système dans un service nécessite un accompagnement rapproché des patients pendant les trois premiers mois par une équipe pluriprofessionnelle formée. Elle passe par plusieurs étapes, les deux premières étant la formation des soignants aux différents dispositifs et à la maîtrise de l’analyse des rapports qui leur sont spécifiques, et l’identification des besoins du service en éducation thérapeutique. L’identification des acteurs du parcours de soin est fondamentale pour accompagner les patients dans l’attente des dispositifs complètement automatisés. La SFD a établi des recommandations pour la mise en place de l’insulinothérapie automatisée en boucle fermée(4). Les patients sont identifiés sur des critères en lien avec leur diabète, leurs compétences (appétence pour les outils informatiques), en tenant compte de leur engagement à suivre le parcours de soin. Le processus de mise sous boucle fermée hybride sera adapté à chaque patient et comprendra trois phases : la formation au système, au comptage des glucides et aux outils de suivi ; l’initiation du traitement avec un accompagnement en ambulatoire et le suivi du traitement (bilan métabolique et de qualité de vie). L’expérience strasbourgeoise des 10 premiers patients sous le dispositif MiniMedTM 780G (15 novembre 2020 - 15 février 2021) a permis d’objectiver l’efficacité de ce système en vie réelle avec, notamment, des résultats d’HbA1c au cours de la phase d’initiation (de 7,7 % à l’initiation à 7,09 % à 3 mois) et de TIR (de 67 % à l’initiation à 74 % à 3 mois) comparables à ceux observés dans l’étude pivot(2). En pédiatrie Les études cliniques en pédiatrie(5) ont des résultats assez similaires quant aux différents systèmes de boucle fermée hybrides. Les données sur le TIR et le temps d’activation du système permettent de distinguer différents groupes de patients pédiatriques. Leur analyse fournit des informations importantes pour répondre aux besoins individuels des patients en matière de formation et d’éducation thérapeutique(5). Selon les cas, l’accent devra être mis sur : l’acceptation du système, mais aussi de la maladie et la motivation de sa gestion ; l’anticipation et la gestion des alertes; l’interaction avec le système en boucle fermée hybride via une gestion optimale des repas, la gestion des ratios et de l’activité physique. En pratique, lors de la mise en place d’un système de boucle fermée hybride chez un enfant, le premier objectif est d’apporter une amélioration de la qualité de vie et du sommeil à la famille en supprimant les hypoglycémies nocturnes. Pour ce faire, il faut bien personnaliser la cible (120 mg/dl avant l’âge de 10 ans et 100 mg/dl au-delà) et optimiser le ratio du dîner avec la famille. Pour optimiser la glycémie nocturne, des bolus de correction peuvent être réalisés en cas d’erreur sur le ratio du soir ou de prise de repas riche en gras. La prévention des hypoglycémies en journée repose sur l’ajustement des ratios, le choix de la durée d’insuline active et éventuellement l’utilisation du mode objectif temporaire. Enfin, la prévention des hypoglycémies liées à l’activité physique nécessite d’anticiper cette dernière. Les systèmes automatisés d’administration de l’insuline constituent un vrai espoir thérapeutique en pédiatrie. Cette nouvelle révolution survient 100 ans après la découverte de l’insuline. La demande des patients va être importante et les centres doivent se tenir prêts à la mise en œuvre de l’insulinothérapie automatisée en France. *Analyse poolée de 23 patients des centres de Strasbourg, du Centre hospitalier Sud-Francilien et de Caen. D’après un symposium Medtronic avec la participation des Prs A. Penfornis (CH Sud-Francilien, Corbeil-Essonnes), M. Joubert (CHU de Caen), L. Kessler (CHU de Strasbourg) et J. Beltrand (Hôpital Necker-Enfants malades, Paris) SFD 2021

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité