Version PDF

Insuline

15 fév 2018

Insulines ultra-rapides : la liste s’allonge

Louis MONNIER, Claude COLETTE, Institut universitaire de recherche clinique, Université de Montpellier

Dans le numéro de Diabétologie Pratique du mois d’octobre 2017 (n°62), nous avions fait une mise au point sur les insulines ultra-rapides et sur les procédés qui pouvaient être envisagés pour accélérer la résorption de l’insuline après son injection sous-cutanée. Depuis la rédaction de cette note thérapeutique, une nouvelle préparation d’insuline ultra-rapide a été développée par le laboratoire Lilly. Pour cette raison, une mise au point s’impose en sachant que le domaine des insulines ultra-rapides a de fortes chances d’évoluer dans les mois à venir.

Rappelons très rapidement que la première insuline ultra-rapide, la Faster-Aspart du laboratoire Novo, a été obtenue par adjonction à l’insuline asparte (analogue rapide de l’insuline) de 2 excipients, la nicotinamide et la L-arginine, qui ont pour but de stabiliser la préparation en induisant la formation de monomères de l’insuline, immédiatement actifs au niveau des récepteurs insuliniques. Données pharmacocinétiques et pharmacodynamiques La lispro ultra-rapide, mise au point par le laboratoire Lilly, a été conçue sur un principe un peu différent en faisant appel à 2 excipients : le citrate et le treprostinil. Ils diffèrent de ceux de la Faster-Aspart par leur nature et leurs propriétés. Le citrate augmente la perméabilité au point d’injection et le treprostinil favorise la vasodilatation locale. L’effet global est une accélération de l’absorption de la préparation mère, l’insuline lispro, premier analogue rapide de l’insuline commercialisé depuis plus de 20 ans sous le nom d’Humalog®. L’accélération de la résorption sous-cutanée de la lispro ultrarapide a été confirmée par les études de pharmacocinétique et de pharmacodynamie (PK/PD). En pharmacocinétique, il apparaît que la concentration sérique de l’insuline lispro augmente plus rapidement après injection sous-cutanée de la formulation ultra-rapide quand elle est comparée à dose identique à celle de la préparation mère l’insuline lispro (figure 1). Figure 1. Taux sérique de l’insuline après injection d’une dose d’insuline lispro (en noir) ou de son homologue la lispro ultra-rapide (en rouge). Les conséquences sont les suivantes : – la concentration maximale (Cmax) est plus élevée avec la préparation d’insuline ultrarapide ; – le temps du pic insulinique (tmax) est plus précoce ; – l’exposition insulinique exprimée par la surface sous la courbe de réponse insulinique (AUC) pendant les 30 premières minutes après l’injection est multipliée par un facteur 3,2 par rapport à l’exposition obtenue avec la lispro classique ; – l’exposition insulinique tardive entre la 3e et la 5e heure est à l’inverse plus faible avec la lispro ultra-rapide qu’avec la préparation classique. Ces résultats indiquent que le profil d’action de la formulation ultra-rapide est mieux adapté pour contrôler les montées glycémiques postprandiales que celui de la formulation traditionnelle. Cette propriété a pu être vérifiée après administration de repas tests à des patients diabétiques (figure 2). Figure 2. Glycémie après un repas test immédiatement précédé par une injection d’une dose d’insuline lispro (en noir) ou de son homologue la lispro ultra-rapide (en rouge). Conclusion Il apparaît que l’insuline lispro ultra-rapide améliore les profils glycémiques postprandiaux. À ce jour, il est difficile, en l’absence d’études comparatives, de savoir si cette nouvelle insuline ultrarapide est plus rapide que la Faster-Aspart. La lispro ultra-rapide sera-t-elle plus efficiente que sa formulation mère, en sachant que cette efficience se jugera sur la réduction de l’HbA1c, sur la sécurité (risque d’hypoglycémie), sur la qualité de vie du patient et évidemment sur les coûts ? Étant donné que les premiers résultats semblent indiquer que la réduction de l’exposition postprandiale au glucose, mesurée par l’incrément glycémique au-dessus de la glycémie préprandiale, est nettement diminuée avec la préparation de lispro ultra-rapide lorsqu’elle est comparée à la préparation classique, ces études préliminaires permettent de penser que le meilleur contrôle de la glycémie postprandiale aura un retentissement sur l’HbA1c. Toutefois, il est difficile en l’état actuel des études de savoir si cette baisse sera supérieure ou comparable à celle qui a été obtenue avec la Faster-Aspart.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité