Version PDF

EASD 2019

23 oct 2019

Diabète de type 1 : l’acidocétose un marqueur du risque de tentative de suicide ?

Olivier CHABOT, Paris

Plusieurs études suggèrent que le diabète de type 1 pourrait augmenter le risque de suicide. L’équipe du Pr Jean-Michel Petit à Dijon a cherché à savoir si les antécédents d’hospitalisation pour acidocétose ou coma hyperglycémique étaient liés à une augmentation des réhospitalisations pour tentative de suicide.

Cette étude de cohorte rétrospective, présentée lors de du 55e meeting annuel de l’EASD (European Association for the Study of Diabetes), a examiné les données hospitalières incluant tous les patients hospitalisés en France pour diabète de type 1 de 2008 à 2010. Pour réduire le risque d'inclusion des patients ayant un diabète de type 2, seules les personnes âgées de moins 36 ans ont été incluses, soit 16 431 patients âgés de 18 à 35 ans. Les patients étaient inclus dans plusieurs groupes : – patients hospitalisés pour acidocétose (groupe « acidocétose ») soit 1 539 patients (9,4 %) ; – ceux ayant fait un coma hyperglycémique (groupe « coma hyperglycémique ») soit 279 (1,7 %) ; – les autres, dans un groupe « non acidocétose ». Les patients décédés lors de l'hospitalisation initiale ont été exclus. Le suivi épidémiologique était axé sur les hospitalisations pour tentative de suicide entre 2008 à 2017. Cent-sept patients (7,0 %) atteints d'acidocétose et 29 (10,4 %) ayant fait un coma hyperglycémique ont ensuite été hospitalisés pour tentative de suicide. Parmi les patients sans acidocétose ni coma hyperglycémique, 365 (2,5 %) ont été hospitalisés pour tentative de suicide. Après ajustement sur l'âge, le sexe et les troubles psychiatriques (troubles dépressifs aigus ou chroniques ou psychose), les analyses ont montré que l'acidocétose multipliait par 2,2 le risque de tentative de suicide et par 3,1 celui de coma hyperglycémique. Parmi les 36 patients ayant eu au moins 2 hospitalisations pour coma hyperglycémique au cours des 9 années suivant l'hospitalisation initiale, 8 (22 %) ont été hospitalisés pour suicide : un risque multiplié par 9 comparé aux patients hospitalisés avec un diabète de type 1 sans acidocétose. Pour l’équipe dijonnaise, « l’identification des facteurs de risque du suicide est très importante pour l'élaboration de stratégies de prévention efficaces. Les professionnels de santé doivent être conscients du risque suicidaire plus élevé chez les patients atteints d'acidocétose ou de coma hyperglycémique. La principale implication de [notre] étude est que toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 hospitalisées pour une acidocétose diabétique et/ou un coma hyperglycémique devraient avoir une surveillance particulière de l’apparition des symptômes dépressifs et des idées suicidaires afin de réduire le risque de tentative de suicide ». D’après la communication orale de J.-M. Petit (Ketoacidosis hospitalisations among people with type 1 diabetes are associated with increased risks of rehospitalisation for suicide attempt) et une conférence de presse organisée par l’EASD, septembre 2019 Avec le soutien institutionnel de

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité