publicité
Facebook Facebook Facebook Partager

Insuline

Publié le 22 déc 2023Lecture 4 min

Stylos connectés : quels en sont les apports ?

Marie SPARTE, d’après une communication du Dr Sandrine Favre (CH d’Annecy)

De nombreux outils ont été développés dans l’objectif de diminuer le fardeau du diabète : mesure continue du glucose, pompe à insuline, boucle semi-fermée, calculateur de dose… Dans une approche toujours plus centrée sur les patients, nous disposons désormais de stylos connectés. En attendant les futurs retours d’expérience, que nous apprend la revue de la littérature récente sur ces dispositifs qui permettent une convergence des données liées aux injections d’insuline ?

En France 70 % des patients souffrant de diabète de type 1 (DT1) sont sous un schéma de multi-injections(1). Les stylos connectés sont donc une actualité pour ces patients ainsi que pour ceux atteints de diabète de type 2 (DT2) insulino-requérant. En parallèle de leur intérêt pour faciliter la vie des patients, quels sont leurs apports pour une meilleure compréhension de la gestion de l’insulinothérapie et l’accompagnement des patients.   • Amélioration des connaissances sur les injections retardées et oubliées L’étude menée par Munchi et coll.(2) avait pour objectif d’évaluer le respect de l’heure d’injection et du dosage de l’insuline par l’utilisation de capuchons connectés sur une durée d’un mois. La population, formée de 75 patients dont 42 étaient atteints de DT1 et âgés de 18 à 35 ans, et 33 de DT1 ou DT2 de 65 ans et plus, était sous un schéma multi-injection avec au moins 2 injections par jour. Les résultats ont montré que 24 % des injections de rapide et 36 % des injections de lentes étaient oubliées ; ce pourcentage pouvant atteindre 42 % dans le groupe des plus jeunes. Ces données confirment que les injections oubliées de basale et de bolus sont courantes. La même équipe a réalisé une étude observationnelle prospective toujours à l’aide de capuchons connectés chez 50 patients atteints de DT1 sous multi-injections et équipés d’un système de mesure continu du glucose (MCG)(3). Dans cette étude, l’objectif était d’évaluer la relation entre le moment de l’injection d’insuline et son impact sur la glycémie pré- et postprandiale sur une période de deux semaines. Les données recueillies ont permis de révéler le pourcentage de bolus retardés et de bolus oubliés par semaine (tableau). *Définis comme une augmentation de la glycémie de * 50 mg/dL avant un bolus **Définis comme une augmentation de la glycémie de * 50 mg/dL sans bolus dans les 2 h   L’analyse a permis par la suite de mettre en évidence que la quantité de bolus retardés était positivement corrélée au temps passé en hyperglycémie et inversement corrélée au temps passé dans la cible (TIR). Le même constat quant au type de corrélation au TIR a été fait pour les bolus oubliés, ceux-ci étant en revanche positivement corrélés aux taux d’HbA1c.   • Impact positif sur l’observance Afin d’explorer l’influence de l’utilisation des stylos connectés sur l’observance, une étude pilote prospective observationnelle chez 94 patients sou rant de DT1 utilisant un MCG et un stylo connecté a été menée sur 19 mois dans 12 centres en Suède(4). Le protocole impliquait un téléchargement des données par le médecin assurant le suivi lors de la 1re et 5e visite, les patients n’ayant pas accès à leurs données. Les résultats ont montré qu’au cours de l’étude, les bolus d’insuline étaient augmentés de 28 % et ceux oubliés diminuaient de 43 % (p = 0,002). En partant de l’hypothèse que les participants prenaient trois repas par jour, le pourcentage des omissions passait de 24,7 % à 14,0 % (figure). Figure. Moyenne du nombre de repas et comportement de gestion des doses de J0 à J5.   Ces résultats indiquent donc que l’utilisation des stylos connectés peut avoir un effet positif sur la gestion des injections et réduire les doses de bolus oubliées. De plus, sachant que les patients n’avaient pas accès à leurs données, il est à envisager que cette amélioration soit liée à des messages éducatifs plus éclairés et plus spécifiques aux besoins de chaque patient de la part du médecin.   • Conclusion Il est incontestable que la convergence automatisée des données facilite la vie des patients en supprimant l’étape de saisie manuelle des injections, souvent non réalisée. Le partage des données lorsqu’il est accepté par le patient, permet une meilleure compréhension par les professionnels de santé, des facteurs de variabilité du glucose tels que les oublis d’injection, la non-synchronisation de l’injection par rapport aux repas et la mauvaise adaptation des doses grâce aux vraies données de gestion de l’insuline par le patient. De plus, elle aide à la mise en place d’une décision médicale partagée avec une posture éducative personnalisée. En France, deux dispositifs ayant la fonctionnalité de l’enregistrement de la dose d’insuline et de l’heure d’injection sont disponibles : un stylo réutilisable intégrant la connectivité, remboursé sur la base d’un stylo par an et par type d’insuline, et un capuchon adaptable sur des stylos préremplis, non remboursé. Nul doute que ces dispositifs auront des impacts positifs sur la gestion du diabète en vie réelle et concourront à améliorer le contrôle glycémique au quotidien. D’après une communication du Dr Sandrine Favre (CH d’Annecy) lors de la 3e édition des Rencontres Interactives en Diabétologie Avec le soutien institutionnel de

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Version PDF

Articles sur le même thème

publicité

Vidéo sur le même thème

publicité